Loi 1901 – N°W912014257

24 heures Off Road (Ouled Driss)

6 Heures de Oulad Driss

Les cinq représentants de Objectif Dunes ont eu un comportement exemplaire durant cette troisième journée de compétition aux 24 heures Off-Road du Maroc. Ce qui ne fut pas le cas de tous les concurrents puisque dès les premiers kilomètres après un départ lancé, deux équipages sont partis en tonneaux. Le Mitsubishi de Jean-Luc Letu et le Bowler de José Castan. Deux accidents – par chance sans gravité – si ce n’est une clavicule cassée pour le navigateur de Castan, Vincent Demonceaux.

Photo Alain Rossignol

Une heure plus tard, après un départ agité comme on peut l’imaginer, alors qu’il se chipote la première place avec le Trophy Truck de Eric Vigouroux, Jean-Jacques Radelet (Buggy Oscar) est victime d’un retour de volant, il se fracture l’avant-bras !

Pendant ce temps Alain Sintes au volant et Jean-Yves Beilvert, son navigateur roulent comme des métronomes, sans assister à toutes ces tracasseries en tête de la course.

Alain Sintes ne cache pas son plaisir : “La spéciale longue d’une cinquantaine de kilomètres comportait beaucoup de sable mais sans franchissement. Je me suis vraiment régalé au volant du Buggy. Je le découvre au fil des jours, par contre, je connaissais le terrain venant me balader dans ce coin en 4×4 ou à moto…”

Un pilote heureux, un navigateur tout autant ! La paire a su ménager la monture et les voilà propulsés aux portes de l’ultime étape, celle de demain mercredi, avec les 6 heures de Zagora. Ce qui bien évidemment donne à l’équipe Objectif Dunes une sacrée appétence qui se combine avec de la motivation.

Yves d’ajouter : “outre le fait que l’étape était incontestablement belle, je n’ai qu’un regret que la journée fut stoppée par le drapeau rouge après 4h 30 de course…” La perche est lancée ! Effectivement un début d’incendie dans la zone de ravitaillement essence est venue mettre la panique sur le site. Bien que le feu eut vite été maîtrisé, trois personnes ont été brûlés mais, les nouvelles médicales de l’hôpital de Marrakech sont rassurantes. Ce sont des brûlures au 2ème degré pour Jean-Louis Schlesser et les deux mécanos lettons de l’équipe Marocco Racing Team…

Jean-Louis Schlesser toujours à l’écoute de l’équipe toulousaine est sorti ce soir, de l’hôpital et rejoindra son domicile dans le sud de la France dès demain. Plus de peur que de mal finalement…

La course arrêtée prématurément, le classement établi fut officialisé sur le tour précédent l’incident, comme le stipule le règlement. Eric Vigouroux et Alex Winocq en sont les leaders ce soir après 18 heures de course devant le Buggy Peugeot du Sodicars Racing et piloté alternativement pas Philippe Porcheron et Cédric Rivet. Sur la troisième marche très provisoire, on retrouve la famille Reboux, Jean-Claude et Emmanuel, flanqué d’un Buggy VW.

Quant à l’équipe Objectif Dunes, elle se retrouve ce soir en 12ème position, sans démériter tant la chaleur, plus de 50° aujourd’hui sur le site de M’Hamid, est difficile à supporter. Ce sont des conditions extrêmes…

Demain donc, dernière confrontation et verdict à l’heure de l’apéritif qui précèdera le dîner prévu à Zagora à l’hôtel Kasbah Asmaa. Jeudi la caravane des 24 Heures Off-Road du Maroc repartira sur Marrakech (7 à 8 heures de transfert) où se tiendra la remise des prix avant que tous ces aventuriers reprennent le chemin du retour… des souvenirs pleins la tête.

6 Heures de Oulad Driss : Eric et Alex au commandement à 6 heures du but !

Quand Eric Vigouroux se présentait au petit-déjeuner du Palais Kasbah Asmaa ce matin, ses yeux pétillaient. Ceux de Alex qui avait fêté ses 40 ans la veille, l’étaient tout autant. Inutile de dire dans quel état d’esprit l’équipage du Trophy Truck partait dans ces 6 heures de Zagora plus motivé que jamais ! Une chaleur avoisinant les 50° use et fatigue les concurrents… Elle est extrême et surprenante actuellement dans le pays.

Eric et Alex ne cachent d’ailleurs  pas qu’ils en suffoquent : “c’est terrible même nous, sans pare-brise, nous en souffrons. J’ai comme l’impression qu’un sèche-cheveux à air brûlant souffle sur mon visage !” Mais, ces signes extérieurs de touffeur, ne ralentissent pas le pilote et lui ravisse la motivation qui l’habite. “Mon idée ce matin était de reprendre les 9 minutes que Jean-Louis (Schlesser) et Jean-Claude Radelet possédaient sur nous. J’avais à cœur de refaire sportivement ce retard.”

Départ en ligne pour cette 3ème boucle, les véhicules se rangeaient les uns à côté des autres, les esprits s’échauffaient et le drapeau tombait. Eric et son fulgurant Trophy Truck se positionnait très rapidement aux avant-postes pour éviter la poussière mais, à la première compression, Radelet lui grille la politesse. Petit sourire en coin, Eric attend son heure. Compression suivante, il prend l’avantage avant que Radelet ne repasse… Au jeu du chat et de la souris, Eric sait plus que quiconque, que dans toute endurance, il faut laisser au temps… le temps ! “En rajoutant un peu de pression à Radelet, je pensais savoir où porter mon attaque…” Ce que Vigouroux et Winocq firent, en doublant leur adversaire dans un endroit propice, bien choisi et sans prendre de risque suicidaire.

Terme du premier tour : les deux véhicules sont roue dans roue. Ils passent sous l’arche des 24 heures, portière contre portière, les souffles des hommes des assistances s’en coupent.
A l’amorce du deuxième tour, le Trophy Truck ne peut se débarrasser du Buggy Oscar… Jusqu’à la mi-parcours de ce deuxième tour, Eric raconte : “dans les dunettes, j’ai ajouté un peu de pression supplémentaire sur Radelet et, je suis passé à l’identique du tour précédent. Ensuite, j’ai conservé mon rythme et, je n’ai plus rien vu dans mes rétroviseurs.” Et pour cause, Radelet victime d’un retour de volant se fracturait l’avant-bras. C’est Kaket, le navigateur qui prenait le manche pour finir la boucle et confier le Buggy à Schlesser… Le combat pouvait continuer. “Nous avons repris un avantage certain puisque les 9 minutes étaient comblés auxquelles s’en ajoutaient 3 !”

Coup de théâtre après 4 heures 30 sur les 6 heures de course : le feu se déclara dans la zone équipée pour le ravitaillement en essence des véhicules. Jean-Louis Schlesser et deux des mécaniciens Lettons de l’équipe Marocco Racing Team étaient brûlés au visage et évacués sur les hôpitaux de Marrakech par hélicoptère. (De nouvelles rassurantes sont parvenues, les brûlures ne sont que cutanées).

C’est donc un arrêt au drapeau rouge qui tombait sur ces 6 heures de Zagora. Réglementairement, le classement pris en compte est celui du tour précédent à l’arrêt. De ce fait, Schlesser-Radelet et Kaket occupent avec leur Buggy Oscar la 2ème place mais sont réellement déclarés ‘abandon’ ce soir. La deuxième place revient donc, au Buggy Peugeot du Sodicars Racing avec Philippe Porcheron et Cédric Rivet placés à 24’13’’96 avant l’ultime boucle demain, à Zagora.

“Ce qui me console sur le plan sportif, c’est que j’étais nettement en tête de l’épreuve avant cet incident,” conclue Eric. “Le plus gros du boulot était donc fait. Je regrette que la lutte entamée avec l’équipe de Schlesser/Radelet s’achève prématurément… »

Classement après Marrakech, Ouarzazate et Oulad Driss : 
1. Eric Vigouroux/Alex Winocq (Trophy Truck), 17h 19’16’’585
2. Jean-Jacques Radelet/Jean-Louis Schlesser/Jean-Claude Kaket (Buggy Oscar), 17h 21’22’’263 (à 2’05’’678),
3. Philippe Porcheron/Cédric Rivet (Buggy Peugeot), 17h 52’06’’803,
4. Jean-Claude et Emmanuel Reboux (Buggy VW), 18h 05’28’’572,
5. Michel Salvatore/Alain Coquelle (Bowler Wildcat), 18h 32’06’’480…

Article réalisé :

Marie-France ESTENAVE / MFE-Live.com

Partenaires





IZIFLOOR


Liens





Mairie de Saintry sur Seine